sottises magazine |
Sottises, magazine, Lyon, artistes, photographie, décalé, espiègle, illustrations, lyonnais, sottises magazine
23000
post-template-default,single,single-post,postid-23000,single-format-standard,tribe-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-1.6, vertical_menu_transparency vertical_menu_transparency_on,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

Le Mirage Festival souffle ses 5 bougies

Des ultra-basses qui font léviter de l’eau, un robot qui dessine la trajectoire de satellites désaffectés, un live audiovisuel de patten (Warp Records), un parcours d’exposition en accès gratuit aux Subsistances, deux soirées au Transbo… La cinquième édition du Mirage Festival s’annonce prometteuse. Au départ, réservés aux Geeks, les arts et créations numériques commencent à s’imposer comme un membre à part entière de la sphère élitiste des arts. À Lyon, l’un des moteurs principaux de ce vivier artistique n’est autre que le Mirage Festival qui a su s’imposer au fil des éditions comme un acteur majeur de la création numérique européenne.

 

En 2013, Simon Parlange et Jean-Emmanuel Rosnet ont fait naître le Mirage Festival avec quatre œuvres, deux performances, une soirée et deux workshops. Après l’organisation de soirées à Lyon, Genève, et un bref passage à Bruxelles, les deux têtes pensantes se sont entourées d’une multitude de petites mains pour réaliser cette première édition. Toutes ces personnes, dont le régisseur du Mapping festival de Genève, ont participé à l’achèvement d’un projet mûri depuis plus d’un an. Aujourd’hui, le projet s’est bien professionnalisé et le festival nous dévoile une programmation pointue. Sottises vous en propose un décryptage.

 

Qu’est-ce que l'(im)matérialité ?

Le parcours proposé par le festival nous questionnera sur ce rapport entre matérialité et immatérialité, entre concret et abstrait. Les œuvres exposées dans l’ancien couvent et bâtiment militaire du quai Gillet seront là pour vous faire voir, et surtout ressentir, ce que sont les arts numériques. Le programme apparaît comme un véritable éventail d’innovations dans lequel la multiplicité des disciplines, des formes et des médias s’entrecroisent savamment, élargissant ainsi l’horizon de nos réflexions physiques et psychiques. Lors du parcours d’exposition, on découvrira notamment Sonar un projet d’Orange Labs qui représente de manière visuelle et sonore l’émission des données du réseau téléphonique, procédé autrement appelé sonification”. Les Subsistances accueilleront aussi Préambule créée pour le Mirage Festival par Jean-Emmanuel Rosnet, le studio Flair et Thomas Pachoud. Cette oeuvre lumineuse détecte les mouvements du spectateur et questionne le partage de l’espace entre les spectateurs.

 

Le parcours d’exposition sera l’occasion pour le talentueux duo d’artistes pluridisciplinaires Claire Bardainne et Adrien Mondot de présenter en avant-première Mirages & miracles, un travail de recherche sur le virtuel et le matériel concrétisé sous forme d’une série d’installations qui serviront à une future exposition. Toujours aux Subsistances, Wilfried Della Rossa et Before Tigers exposeront leur installation MINNK, gagnante de l’appel à projet MISTERO, où le public sera invité à s’asseoir sous un écran suspendu à l’horizontale. Le spectateur verra ainsi l’écran descendre vers lui et sera immergé dans un univers où les frontières entre démesure et infime s’atténuent. Samedi soir, l’exploration se poursuivra avec des performances : des “Forces Fondamentales” qui sont autant de prétextes pour découvrir de nouveaux artistes. Celle de Paul Jebanasam et Tarik Barri, Continuum, se vivra comme une véritable expérience sonore et visuelle, organique et graphique.

 

En parallèle, afin de questionner l’(im)matérialité plus en profondeur, et surtout, pour essayer de tracer des éléments de réponse, l’Open Creative Forum proposera un parcours de conférences. On trouvera des entrepreneurs culturels en train de pitcher à la manière de TedTalks, ainsi qu’une série de workshops. Le forum, coprogrammé avec la structure lyonnaise AADN, se déroulera au Pôle PIXEL, pôle de l’image, du son et des industries créatives de Villeurbanne. Durant ces quatre jours, vous pourrez vous inscrire à des workshops pour être initié à l’impression 3D, ou vous adonnez à la réalité augmentée. En ce qui concerne les conférences, le jeudi après-midi, des intervenants, dont Blaise Mao rédacteur en chef de la revue Usbek & Rica, s’interrogeront sur le futur qui nous attend avec l’expansion du numérique. Vendredi, c’est l’artiste-entrepreneur qui sera mis en lumière. L’ultime conférence du festival abordera les nouveaux modèles de création apportés par le numérique.

 

Le Mirage Festival nous fait comprendre que l’art numérique est par essence protéiforme. Il est à la fois son et image, projection et architecture, mais aussi performance et live audiovisuel, ou encore science et art… Il étonne, questionne et active des réactions qui sont de l’ordre de l’émotif et laisse son spectateur dans un état d’errance à mi-chemin entre rêve et réalité, autrement dit dans un mirage…

 

5ème édition du Mirage Festival, du 8 au 12 Mars (Subsistances, Taverne Gutenberg, Musée des Beaux-arts, Transbordeur, ENSBA)

 

Open Creative Forum, du 9 au 11 Mars au Pôle PIXEL

 

Site : http://www.miragefestival.com/

Billetterie : http://www.miragefestival.com/billetterie/

 

Simon & Jean-Emmanuel, créateurs du Mirage Festival

 

 

 

 

texte : Pierre Francou

photographies : Sarah Fouassier